Quand payer le photographe de mariage ?

Vous avez prévu de vous unir à votre partenaire et avez commencé à organiser les préparatifs de votre mariage. Le traiteur, la salle de réception et les faire-part sont choisis, il ne manque plus qu’une personne pour immortaliser ce moment.

Vous êtes la mariée et envisagez de choisir un photographe professionnel, mais n’avez aucune idée de comment le régler, quelles sont les démarches à faire. Plusieurs points sont à considérer pour choisir correctement celui qui immortalisera les souvenirs de la plus belle journée de votre vie.

A lire en complément : Quelques pistes pour vous aider à choisir le meilleur costume

Choisir un photographe déclaré

La toute première chose à faire est de choisir un professionnel déclaré. Pour ne pas avoir de mauvaises surprises. Lorsque l’on choisit un prestataire, on se doit de lui faire un contrat de travail, pour la journée. Grâce à ce contrat, le photographe ne pourra pas vous faire faux bond, et vous êtes certains que la prestation sera assurée. Certes, un photographe professionnel déclaré aura des tarifs plus élevés qu’un photographe au noir, mais c’est indispensable pour des photos réussies.

Pour choisir votre professionnel, vous pouvez le faire en fonction de votre budget. Tous les photographes ne facturent pas le même montant. Le prix ne sera pas le même si vous choisissez un photographe spécialiste du mariage plutôt qu’un photographe classique. En moyenne, vous recevrez des devis de 1 300 euros pour une prestation complète. Ce prix comprend en général :

A voir aussi : Conseils pour réussir une cérémonie de mariage

  • Séance photo privée des mariés
  • Photos de la cérémonie de mariage et du lieu
  • Photos de la soirée
  • Retouche et impression des images

Sachez que certains photographes peuvent prendre jusqu’à 5 000 euros en fonction de leurs compétences et du temps que vous les embauchez. Certains prennent 500 euros, soit 10 fois moins, mais débutent dans le métier, ils n’auront peut-être pas de portfolio à vous présenter pour montrer leur talent.

Payer une partie de la prestation du photographe en amont

Il est tout à fait normal qu’un photographe demande qu’on lui verse un acompte. Cet acompte vous engage à l’embaucher, et à la différence des arrhes, si vous renoncez à vous marier, le photographe devra vous rembourser. Il est d’ailleurs légal de demander des arrhes plutôt qu’un acompte. Dans cette seconde situation, le photographe n’aura rien à rembourser en cas d’annulation.

Le versement de cet acompte peut se faire quand vous le décidez, c’est vous le client. Nous vous suggérons de ne rien donner avant la signature du contrat. Dès qu’un contrat papier sera signé, le photographe sera engagé, il sera obligé de venir faire les photos le jour du mariage. S’il ne respecte pas sa part du contrat, vous pourrez vous retourner contre lui. Cet acompte est un pourcentage du montant global. 30 % est une bonne somme, cela prouve le sérieux des mariés.

Payer l’autre partie le jour de la remise des photos

La seconde moitié du paiement ne doit pas se faire après le mariage. Vous devez attendre de recevoir les photos pour payer. C’est le meilleur moyen pour avoir ses photos dans les temps. Si vous payez juste après le mariage, il y a de grandes chances que le photographe prenne tout son temps avant de les développer, et de vous les envoyer. Pour éviter que cela n’arrive, on paye uniquement lorsque la prestation est finie, c’est-à-dire, quand les mariés sont en possession de leurs images.

Le photographe du mariage vous demandera peut-être de lui donner le chèque à la fin du mariage. Il en a le droit, mais demandez-lui de l’encaisser après réception des photos. Plus globalement, nous vous déconseillons de choisir un photographe qui sollicite une rémunération alors qu’il ne vous a pas encore partagé les photos. Si vous avez le choix, préférez une personne qui propose d’elle-même de se faire payer une fois les images transmises.

Enfin, pensez à mentionner de manière claire et distincte, dans le contrat de prestation et dans le devis, toutes les modalités de paiement. Les dates, le moyen de paiement, le prix, etc. Et, plus globalement, il est plus prudent de payer une personne qui n’insiste pas pour être payée en liquide le jour du mariage.